Textes 
 Images 
 News 
Galerie Gabrielle Maubrie 24, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris  tel: 01 42 78 03 97 fax: 01 42 74 54 00
Do you want to switch to the english version ?

AVI MOGRABI, RELIEF ET DETAILS - [ Translate this page in english ]

INVITATION VERNISSAGE LE SAMEDI 12 SEPTEMBRE DE 14 À 20 HEURES

Né en 1956 en Israël, Avi Mograbi est à la fois réalisateur, acteur, directeur de la photographie, producteur et scénariste. Après des études de philosophie et d’art, il s’oriente vers le cinéma documentaire et privilégie dans ses films des sujets en relation directe avec la situation de son pays. Ses longs métrages ont fait de lui un cinéaste engagé, particulièrement critique envers le pouvoir israélien.
Chaque fois, il s’agit d’un film à faire sur le moment et la situation, l’occupation militaire et l’intifada, la religion et la politique, la colonisation et les attentats. Mais avant tout, il s’agit d’Avi Mograbi lui-même, des ses semblables et ses autres, de l’humain et de l’urgence de filmer. A partir de son œuvre documentaire, le cinéaste réalise également des installations spatialisées comme The Details que nous présentons. Il s’agit de la projection simultanée de scènes, extraites de ses films, pour créer un espace non-linéaire, chaotique et perturbant : une autre façon de rendre compte d’un point de vue artistique de la réalité de l’occupation et de l’oppression du peuple palestinien. Le spectateur est plongé au cœur des événements, voir submergé par les images. Les vidéos explorent des thèmes comme les passages de la frontière entre les deux territoires, une série de conversations téléphoniques entre Mograbi et un ami palestinien interdit de sortie, des images démontrant la construction d’un Israël héroïque à l’opposé de la réalité, ou encore des soldats qui essayent d’empêcher Avi Mograbi de filmer. 1
Si la diffusion et la reconnaissance de son œuvre en France datent du début des années 2000, voilà maintenant vingt ans d’Avi Mograbi, via films et installations vidéos, s’obstine à tendre un miroir dont elle ne veut pas à la société israélienne.
Issu d’une famille sioniste, Avi Mograbi rompt avec les positions familiales assez tôt. I suit des études d’art à l’école d’art de Ramat Hasharon et de philosophie à l’université de Huperlink. Quand il débute dans les métiers du cinéma, il se retrouve notamment l’assistant de Claude Lelouch et fait le chauffeur sur le film de Costa-Gavras.
Pendant la guerre contre le Liban, il devient le porte-parole d’un groupe de soldats qui refusent l’incorporation. Cet épisode lui fait aller quelques jours en prison.
En 1989 il dirige le court métrage Déportation, primé au Festival du court métrage de Cracovie. Il s’oriente ensuite vers le documentaire, privilégiant des sujets en relation directe avec la situation de son pays.
Il réalise en 1997 son premier long métrage, Comment j’ai appris à surmonter ma peur et aimer Ariel Sharon un brûlot très critique d’un faux-naïf contre la droite israélienne et l’un de ses ré-représentants les plus emblématiques. Le film pose les bases d’une œuvre très engagée entre fiction et réalité. Son troisième long métrage Août (avant l’explosion), au travers duquel il va à l’encontre d’un gouvernement israélien qui fait tout son possible pour que personne ne puisse témoigner à l’étranger de ce qui se passe dans les territoires occupés. Le réalisateur israélien essaie ainsi, malgré les difficultés et les pressions subies, de faire entendre un autre son de cloche et de traiter de l’autocritique en Israël.

1 Extrait du communiqué de presse de la Maison des Métallos


www.gabriellemaubrie.com/ - 2k - En cache - Pages similaires