Textes 
 Images 
 News 
Galerie Gabrielle Maubrie 24, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris  tel: 01 42 78 03 97 fax: 01 42 74 54 00
Do you want to switch to the english version ?

JOSEPH HAVEL / "L'ETOFFE DU DIABLE ET DANIEL BUREN" - [ Translate this page in english ]

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
JOSEPH HAVEL
L’ÉTOFFE DU DIABLE & DANIEL BUREN
Exposition du 17 Janvier au 28 Février 2009

« L'étoffe du diable et Daniel Buren » joue sur le titre d'une nouvelle de l'écrivain américain Stephen Vincent Benét intitulée « Le diable et Daniel Webster », qui conforte de manière détournée l'association avec le drapeau américain. Quand les vêtements rayés furent introduits en Europe occidentale, notamment lors des dernières Croisades avec l'arrivée de l'ordre des Carmes, ils furent perçus comme des équivalents visuels de la glossolalie et du discours démoniaque parce que la rayure perturbait la relation entre figure et fond, si bien qu'elle devenait picturalement illisible.

C'est pourquoi les rayures ont été historiquement associées aux marginaux, aux criminels et aux rebelles. De cette base subversive, on est passé à l'usage des rayures, par exemple, dans les drapeaux français et américain, mais aussi à son utilisation chez des artistes cruciaux de l'art moderne et contemporains comme Agnes Martin et Daniel Buren, qui usent des rayures pour remettre en cause les hiérarchies picturales admises. L'exemple de Picasso (qui aimait porter des tenues rayées, y compris des pantalons parce qu'il fallait, disait-il, « se zébrer le cul »), montre combien le vêtement rayé distingue à la fois le criminel et le solitaire.

Ces pièces inédites s'inscrivent en fait dans mon travail habituel qui consiste à chercher, dans les images et les motifs constituant notre quotidien, leurs racines sociales et historiques souvent liées au pouvoir et à l'autorité de classe. Mes premières œuvres se concentraient sur les chemises blanches et la couleur blanche avec la même volonté de défaire l'image de neutralité qu'on lui reconnaît généralement.

(Le texte se réfère essentiellement à Michel Pastoureau, L'étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, Seuil Points, 1991.
Pour le rôle des Carmes, voir pp. 18-24 ; les relations entre figure et fond, pp. 48-59 ; les rayures et la Révolution, voir pp. 80-86 ; Picasso et Buren, voir p. 133 (et notes 95 et 96). On peut ajouter le chapitre consacré aux "chausses de saint Joseph", pp. 31-37 qui renvoie directement à l'artiste.)







www.gabriellemaubrie.com/ - 2k - En cache - Pages similaires