Textes 
 Images 
 News 
Galerie Gabrielle Maubrie 24, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie 75004 Paris  tel: 01 42 78 03 97 fax: 01 42 74 54 00
Do you want to switch to the english version ?

NELSON LEIRNER / MADE IN BRAZIL - [ Translate this page in english ]

NELSON LEJRNER
Né en 1932 à Sao Paulo, Brésil

La Galerie Gabrielle Maubrie présente, pour la première fois en France, des œuvres de Nelson Leirner réunies sous le titre: "Outre-Mer".
L'exposition ouvrira le 13 septembre 2003 autour d'œuvres inédites, critiques aiguës de la politique dans le monde. Cette série, sur laquelle l'artiste travaille depuis le milieu de 2002, semble arriver à point nommé. Le titre de l'exposition emprunté à la célèbre pièce de Luigi Pirandello (A chacun sa vérité) défend une vision ironique au-dessus de toute sorte de cartographie politique. "A chacun sa vérité" comprend un certain nombre de "cartes avec spectateur", dans lesquelles l'engagement de celui-ci représente une contribution à la démarche de mapping de l'artiste.

Dans cette nouvelle cartographie, Leirner s'approprie des cartes sur lesquelles il intervient en force par le biais de l'introduction d'images empruntées à la culture populaire. Il appose des autocollants qui font allusion à la situation politique actuelle du monde et à ses conséquences. Certains reprennent des personnages de Walt Disney, d'autres l'emblème des pirates, le drapeau américain ou des images tout aussi connues.

Les enjeux politiques que Nelson Leirner aborde de différentes façons, depuis les années 1960, sont particulièrement mis en évidence dans ces œuvres.

PROCESSIONS
Extrait d'un texte d'Agnaldo Farias pour la Biennale de Venise 1999.

HEAVY COMBAT (1985). Une multitude immobile et sans mouvement. Il est vrai qu'elle ne présente pas le caractère informe et anonyme typique d'une foule. Au contraire, ce qui surprend est l'identité irréductible de chacun de ses membres, qui contribue à l'hétérogénéité absolue du tout.
Plus de 600 objets forment une avalanche de presque 600 représentations de notre bestiaire intime archétypal : myriades d'incarnations, grandes, petites, à la limite du microscopique, de nos désirs les plus candides et les plus sordides, matérialisations fragmentaires – peut-être décadentes – de ce que nous jugeons appartenir au monde invisible, sphère de fantaisie dont nous nourrissons notre imagination, ou même représentation de la divinité, parce qu'il est un fait que nous devenons de plus en plus sceptiques, emplis de rejets, de terreurs ou d'espoirs.

L'artiste les sauve affectueusement des limbes dans lesquels notre indifférence les a placés, et les range côte à côte sans établir de hiérarchie entre eux, sans distinction entre les mythes religieux, les mythes païens, les fantaisies de l'enfance, les créatures des royaumes animaux, végétaux et minéraux, toutes représentations légitimes de nous-mêmes.

L'artiste respecte la puissance plastique des fétiches religieux, de la riche statuaire produite par les nombreuses pratiques religieuses de ce pays, considérant que l'on ne peut pas les séparer du fait qu'ils fonctionnent comme une sorte de porte vers l'invisible, que pour beaucoup d'entre nous, leur adoration signifie la possibilité réelle de pacifier les dieux et d'obtenir le pardon de nos péchés.

Nelson Leirner non seulement souligne les équivalences à l'intérieur de cette imagerie, mais l'amplifie, l'unit à une imagerie liée à d'autres champs de notre culture.


www.gabriellemaubrie.com/ - 2k - En cache - Pages similaires